Comment organiser un déménagement en évitant les problèmes liés aux inondations ?

La montée du niveau marin menace de plus en plus les communautés côtières du Canada. Le village de Goulet, au Nouveau-Brunswick, se trouve en première ligne. Face à ce défi, ses habitants, aidés par des chercheurs, mettent en place des actions pour s’adapter et se protéger. Déménager fait partie des solutions envisagées. Comment organiser ce déménagement en évitant les problèmes liés aux inondations ? Voici des éléments de réponse.

Quel est l’enjeu pour les communautés côtières ?

Le changement climatique, c’est du sérieux. Surtout pour les communautés côtières du Canada, comme celle de Goulet. La montée du niveau marin, les vagues de tempête, autant de menaces qui pèsent sur ces zones. Rien qu’à Goulet, selon une recherche publiée dans Vertigo, la revue électronique en sciences de l’environnement, le volume d’eau qui a submergé le village lors de la tempête du 21 janvier 2020 était de 380 m³/s. C’est d’ailleurs le record du Canada pour une seule tempête.

Et ça, c’est sans compter sur l’impact à long terme. Car, les chercheurs s’accordent à dire que la situation ne fera qu’empirer. D’où l’importance de prendre des mesures pour s’adapter et se protéger.

Le rôle des chercheurs dans l’adaptation des communautés

Les experts en sciences de l’environnement ne sont pas restés les bras croisés face à cette situation. Au contraire, ils ont pris l’initiative d’engager les communautés dans une recherche-action pour trouver des solutions adéquates.

Au Nouveau-Brunswick, une équipe de chercheurs a travaillé avec les habitants de Goulet pour développer un plan d’adaptation. Les participants à la recherche ont pu comprendre les impacts du changement climatique sur leur communauté et identifier les mesures à prendre pour s’adapter à la situation.

Leur implication a permis de mettre en lumière les ressources du village et la résilience de sa population. Une démarche qui montre bien que l’engagement des communautés est essentiel pour faire face aux défis du changement climatique.

Le déménagement comme mesure d’adaptation

Le déménagement peut sembler une mesure radicale. Pourtant, c’est l’une des solutions envisagées par les habitants de Goulet, sous la direction des chercheurs. Le principe est simple : déplacer les habitations menacées par les inondations vers des zones plus sûres du village.

Pour ce faire, il faut identifier les zones à risque d’inondation et les zones sûres pour le relogement. Ensuite, c’est l’organisation du déménagement proprement dit : emballage des biens, transport, installation dans les nouvelles maisons… Tout cela dans le respect de l’environnement et du développement durable.

Il ne s’agit pas seulement de bâtir de nouvelles maisons, mais de reconstruire une communauté tout entière. C’est là tout l’enjeu de cette démarche.

Avec l’aide de l’État et des ONG pour un déménagement réussi

Organiser un déménagement de cette ampleur n’est pas une mince affaire. Heureusement, la communauté de Goulet peut compter sur l’aide de l’État, à travers Environnement Canada, et des organisations non gouvernementales.

Ces derniers apportent leur soutien financier, mais aussi technique, pour assurer la réussite de ce projet. Ils fournissent des ressources matérielles, mais aussi des expertises dans différents domaines : urbanisme, logistique, protection de l’environnement

Le déménagement de Goulet est donc un exemple d’adaptation des communautés côtières aux effets du changement climatique. Un exemple qui illustre bien l’importance de la collaboration entre les chercheurs, la population locale, l’État et les ONG.

L’adaptation des communautés côtières face au changement climatique est un défi majeur. Le déménagement, tel qu’organisé à Goulet, offre un bel exemple de comment relever ce défi head-on. Grâce à l’engagement des chercheurs, à l’implication de la communauté, à l’aide d’Environnement Canada et des ONG, un nouvel horizon est possible. Une solution qui, au-delà de la protection contre les inondations, permet de construire un avenir durable pour les zones côtières. Un défi collectif pour un nouvel horizon. Parce que face au changement climatique, la solidarité et l’adaptation sont nos meilleures armes.